Notre mag

Le mensuel des syndiqués de la Fédération

ACCUEIL / Notre mag

échanges n°363, Janvier 2018 en version PDF


Nous continuerons à nous battre en 2018 !

L’année 2017 vient de finir et nous ne pouvons que faire le constat catastrophique de ce que le nouveau président de la République a fait subir au monde du travail, aux droits des salariés.

Il ne faut pas oublier que ses ordonnances permettent désormais de négocier des accords d’entreprise moins favorables que la loi ou que la convention collective dans beaucoup de domaines (congés, primes…), de faciliter les licenciements, etc. Les CHSCT, qui permettent d’anticiper et d’éviter de nombreux drames liés au travail, vont disparaître. Grave erreur, lorsqu’on constate encore des suicides et des tentatives de suicide dans les entreprises. Le dernier en date, le salarié de Monoprix.

Depuis son élection en mai dernier, Macron n’a pas arrêté de déplumer nos acquis sociaux, tout en donnant aux plus riches. En effet, lui et son gouvernement veulent nous faire croire qu’en supprimant l’impôt sur la fortune, les capitaux resteront en France et les entreprises investiront davantage. En revanche, il n’a pas honte de détruire le droit du travail à coup d’ordonnances, de continuer les exonérations de cotisations fiscales et sociales offertes au patronat, de réduire des budgets publics, de porter atteinte aux droits des retraités, de baisser les APL, de réformer l’assurance chômage et la formation professionnelle, en dédouanant les entreprises de leurs responsabilités.

Pour le Medef, la hotte du père Noël est pleine ; pour les salariés, elle est presque vide. Nous ne pouvons pas tolérer ça.

Pour tous ces motifs, les salariés de la Fédération CGT Commerce et Services (Sephora, Tati, Celio, Carrefour Market, H&M, Pimkie, Kiabi, Eurodif, Vivarte, etc.) se sont mobilisés le 20 décembre pour dénoncer les dégradations des conditions de travail et exiger le retrait des ordonnances Macron et cela avec un grand succès.

Camarades, restons mobilisés ! Nous ne pouvons pas rester les bras croisés. Nous devons faire front ensemble. Nous ne pouvons plus tolérer que ce gouvernement impose à ceux qui n’ont rien ou presque, une avalanche de mesures, que ceux qui ont tout ne sentent pas.

Pour finir, je vous souhaite une bonne année 2018, pleine de santé et de luttes, car on a peut-être perdu une bataille, mais nous n’avons pas perdu la guerre !

Jenny Urbina, secrétaire fédérale

télécharger le magazine

Décembre 2017, n°362

télécharger le magazine

Novembre 2017, n°361

télécharger le magazine

Octobre 2017, n°360

télécharger le magazine

Septembre 2017, n°359

télécharger le magazine

Juillet-Août 2017, n°358

télécharger le magazine

Juin 2017, n°357

télécharger le magazine

Avril 2017, n°355

Top