Horizon bouché chez Amazon

ACCUEIL / Actualités / Informations / Horizon bouché chez Amazon

Horizon bouché chez Amazon


La Commission Paritaire Permanente de Négociation et d’Interprétation vient de rendre son verdict sur la question de savoir si Amazon respectait bien la convention collective.

La décision est sans appel, représentants salariés et patronaux ont conclu à l’illégalité de l’application par Amazon de la convention collective sur trois points.

Rappelons que les entreprises établies en France doivent respecter les conventions collectives qui définissent les droits des salariés.

Le salaire dépend du travail accompli. Les représentants salariés et patronaux ont ainsi choisi de valoriser les compétences en définissant des emplois repères auxquels correspondent les niveaux de salaire.

Mais, Amazon applique son propre système de classement, de façon unilatérale et sans concertation.

La Commission d’Interprétation, qui gère la négociation de branche CDNA (Commerce de Détail Non Alimentaire), vient de rappeler le caractère illégal de ce système de classement et de mettre en demeure Amazon de se mettre en conformité avec la convention collective.

A l’initiative des syndicats, la Commission d’Interprétation a estimé qu’Amazon ne permettait pas à ses salariés de bénéficier de perspectives d’évolution en limitant leur classement, et violait ainsi la règle du jeu collective :
• En classant ses salariés en deux niveaux au lieu de 6, Amazon ne respecte ni le texte ni l’esprit de la convention collective puisqu’elle ne permet pas la reconnaissance des métiers exercés par chacun.
• En ne faisant évoluer ses salariés que sur la base de l’ancienneté, Amazon n’offre aucune perspective de reconnaissance du travail de chacun et donc de valorisation salariale.
• En classant tous les salariés en un même niveau, elle ne respecte pas les minima sociaux définis par la branche et l’ensemble des professionnels du métier.
• En faisant cavalier seul et en appliquant sa propre loi, Amazon bouche l’horizon des salariés, contraints de ne compter que sur leur ancienneté, au détriment de leur investissement professionnel.

Certains salariés ont d’ailleurs décidé de porter l’affaire devant les Conseils de Prud’hommes d’Orléans (45), de Lille (59), de Chalon-sur-Saône (71) et de Montelimar (26) afin de faire reconnaître leur travail à sa juste valeur.

La Fédération CGT Commerce et Services organise vendredi 2 février 2018 à 10h, à Montreuil, en présence de l’avocat en charge du dossier, une conférence de presse pour dénoncer les pratiques d’Amazon.

CP Conférence de presse Amazon 02-02.pdf

Contact : Arnaud Chemain

Top