Fermeture de la base ITM-LAI : le bilan d'un drame social

ACCUEIL / actualité / Informations / Fermeture de la base ITM-LAI : le bilan d'un drame social

Fermeture de la base ITM-LAI : le bilan d'un drame social


Source : http://www.ladepeche.fr/article/2017/07/05/2606541...

"Le comité de suivi de la convention de revitalisation du bassin d'emploi de Lectoure s'est réuni pour la dernière fois hier. Le préfet en dresse le bilan « sans triomphalisme ».

La fermeture de la base Intermarché de Lectoure, effective depuis octobre 2015, reste un des épisodes les plus sombres de l'histoire sociale contemporaine du Gers. « Un drame social » qui oblige le préfet du Gers à « se garder de tout triomphalisme » à l'heure de dresser le bilan de la convention de revitalisation du bassin d'emploi de Lectoure dont le comité de suivi s'est réuni pour la dernière fois hier matin, à Auch. Signée le 11 octobre 2013, cette convention (à ne pas confondre avec le plan de sauvegarde de l'emploi) engageait financièrement sur une durée de 36 mois le groupe ITM-LAI, toujours propriétaire à ce jour des murs de la base de Lectoure, louée depuis janvier 2016 au groupe Denjean, un logisticien qui y a créé 24 emplois en CDI, selon Pierre Ory.

« Il y a une vie après cette convention »

Dans le cadre de cette convention, ITM-LAI avait l'obligation de dégager sur ses fonds propres 1,5 million d'euros. Une somme ventilée sur trois axes : la reconversion de la base, l'appui aux entreprises en création ou en développement d'un territoire élargi bien au-delà de Lectoure (1) et un appui à la structuration de projets territoriaux.

« Les deux premiers axes étaient les plus importants », souligne le préfet qui, au moment de dresser le bilan, « se garde bien de tout triomphalisme. Je dirais que la convention de revitalisation a été mise en œuvre avec les moyens qui étaient prévu et dans l'esprit qui était souhaité. Mais, et je l'ai fait acter par le directeur général d'ITM qui était présent ce mardi, il y a une vie après cette convention. La fin de cette convention ne signifie pas la fin de la recherche des solutions. » Solutions pour les hommes et les femmes qui travaillaient à la base de Lectoure. « Ce fut un drame social puisque 275 collaborateurs ont été concernés par la fermeture, dont 245 salariés en CDI », rappelle Pierre Ory. Avant le PSE, il y a eu 101 départs volontaires. Sur les quelques 150 personnes qui restaient, 68 ont fait l'objet de mobilité au sein du groupe ITM-LAI. Pour 86 autres salariés, de nouvelles solutions professionnelles ont émergé : certains ont créé leur entreprise, d'autres ont été recrutés ailleurs.

« Aujourd'hui, il reste une quinzaine d'ex-salariés de la base sans emploi », indique le préfet.

L'argent versé par ITM-LAI a permis de soutenir la création de 236 emplois (PME/PMI, auto-entrepreneurs), 107 des 112 projets locaux examinés par le comité d'engagement ayant été soutenus. Une solution pérenne est aussi à trouver pour les bâtiments. Denjean n'en utilise qu'une partie pour stocker des pâtisseries surgelées ou pour une opération menée en partenariat avec Leroy-Merlin.

(1) Le périmètre a été élargi aux trois communautés de communes suivantes : Lomagne gersoise, Ténarèze et Bastides de Lomagne.


Des contentieux aux Prud'hommes

La fermeture de la base Intermarché de Lectoure se joue encore devant les tribunaux. Une vingtaine de salariés ont saisi la justice prud'homale pour contester la nature économique de leur licenciement. Onze d'entre eux ont gagné en première instance devant les Prud'hommes d'Auch. Des appels ont été formés. Des salariés protégés sont aussi en contentieux avec leur ancien employeur. Par ailleurs, il y a des conciliations en cours."

Contact : Pascal PETIT

Top